Région Languedoc-Roussillon

/Région Languedoc-Roussillon

Région Languedoc-Roussillon

L’histoire des vins du Languedoc-Roussillon remonte à la colonisation grecque établie à Marseille puis étendue vers la côte ouest de la bordure méditerranéenne.

Les grecs implantèrent la vigne, mirent en place des techniques viticoles et la commercialisation des vins produits, transportés dans des amphores.

Vers l’an 100 avant Jésus-Christ les romains prennent la relève et la Province narbonnaise voit le jour partant de l’actuelle ville de Narbonne, important port maritime.

Le développement de la vigne fut tel, qu’en 92 l’empereur Domitien du faire procéder à l’arrachage d’une partie du vignoble  pour replanter du blé qui commençait à pâtir de ce succès et créait un déséquilibre agricole.

Plus tard, les diverses invasions barbares puis sarrasines mirent à mal l’ensemble des exploitations agricoles dont la vigne.

Le Moyen Âge apporte un renouveau qui durera jusqu’à la révolution française grâce au rôle important des moines et leurs travaux sur la vigne et sa culture. Citons Saint Benoît d’Aniane sous le règne de Charlemagne.

Au XVIème siècle la culture de la vigne dans la région du Languedoc-Roussillon est donc florissante.

Jusqu’au début du XIXème siècle la demande pour les vins de la région est telle que l’on arrive à une production intensive. L’arrivée du chemin de fer facilitera la diffusion massive des vins vers les régions du nord de la France.

Les terribles ravages causés par l’oïdium, le phylloxéra et le mildiou fin XIXème, verront s’effondrer la production nationale.

S’en suivi une replantation intensive avec des porte-greffes américains et une course au rendement afin de sauver la région de la faillite et répondre à la demande, avec au final une distribution nationale représentant 40% du marché français.

Mais la situation s’en trouva aggravée par une surproduction peu qualitative, les divers coupages avec les vins d’Algérie, la chaptalisation intensive, le tout mis en place pour lutter contre la concurrence des vins d’Espagne, d’Italie et les vins falsifiés. La région dans sa totalité voit s’effondrer son empire vinicole et sa rentabilité économique.

Pour faire face les vignerons se regroupent et créent les premières caves coopératives.

Cette période très troublée fut à l’origine de la révolte des vignerons en 1907, qui s’achèvera par la mise en place de lois protégeant la production vinicole française dans un but qualitatif.

En 1936 le Muscat de Frontignan est reconnu comme A.O.C..

 

Le vignoble

En arc de cercle sur le contour ouest du littoral méditerranéen tel un vaste amphithéâtre, la région du Languedoc-Roussillon offre ses vins gorgés de soleil.

Près de 175 000 hectares et une production moyenne de 9 000 000 hectolitres.

15 AOC.AOP dont 3 vins effervescents et 20 appellations dénominations de terroir.

Des vins de pays, dont vins de pays de cépage et vin primeur..

 

Les domaines de la région